CECI N'EST PAS UN ARTICLE SUR LES VALEURS D'ENTREPRISE

Quel dommage, les valeurs d’entreprises sont tellement tendance !


Si vous n’en avez pas, vous n’êtes probablement pas un boss à la hauteur, votre entreprise doit être vieux jeu et votre équipe n’est certainement pas épanouie.


Si la seule valeur sur laquelle s’appuie l’entreprise est le profit, vous le sentirez dès le seuil franchi. Cela vous est peut-être déjà arrivé ? Vous êtes totalement imprégné par le malaise ambiant. Vous pouvez le sentir, le toucher, l’entendre. Ce n’est ni bien ni mal. Vous venez simplement d’entrer dans une prison dorée, mieux vaut être averti.


Si une société affiche trop de valeurs d’entreprise, cela peut devenir suspect. Trop de valeurs, trop éloignées de la réalité, et le rêve s’effondre.


Si vos valeurs d’entreprises sont belles et honnêtes, si vos employés sont heureux et efficaces, et si vous avez toujours réalisé des résultats positifs, alors félicitations 👏 Vous pouvez arrêter de lire cet article et éventuellement me donner votre recette magique.


Pour les autres, ceux qui veulent poursuivre leur lecture...


Nous allons nous interroger sur le bien-fondé des valeurs d’entreprise. Sont-elles utiles ? Représentent-elles un facteur d’aliénation ou d’émancipation ? La relation entre les valeurs d’entreprise et l’aliénation n’est pas si évidente à première vue.


Je n’ai jamais été très à l’aise avec cette notion de valeurs d’entreprise. Est-ce que “les” valeurs ou “leurs” valeurs sont aussi mes valeurs ❓ Pourquoi ces valeurs seraient-elles justes, équitables, inspirantes ou meilleures que d’autres ❓


La surexposition aux valeurs d’entreprise ne favoriserait-elle pas des comportements de moutons de Panurge ? Sur ce point, je dois avouer que je suis victime d’une sorte de biais cognitif puisque le comportement dont on m’a appris à me méfier depuis l’enfance est justement celui du “mouton de Panurge” 🐑


Puis j’ai eu l’occasion de lire Danièle Linhart (1), chercheuse en sociologie du travail au CNRS. Elle emploie des mots d’une telle justesse que sa démonstration m’a marquée.


Voici un bref résumé de son discours.


Il était une fois, Frederick Winslow Taylor, qui eut l’idée d’élever la science au rang de valeur organisationnelle universelle dans les usines. En 1911, les principes de l’Organisation Scientifique du Travail sont basés sur la science, qui en tant que vérité absolue constitue une excellente solution, voire une valeur suprême, pour aligner les intérêts des travailleurs et ceux des patrons.

Traduction : science, organisation et progrès sont la voie royale pour empêcher les ouvriers de flâner.


La vision d’Henry Ford ou “capitalisme social”, est plus large, et tout aussi idéologique. Quand il introduit le salaire journalier de 5$ en 1914 (alors que la plupart des ouvriers gagnent 11$ par semaine), son objectif est de réduire le taux de rotation des ouvriers et de façonner une main d’oeuvre loyale, fidèle et hautement productive. Un détail est souvent moins connu : seuls les ouvriers mariés bénéficient de ce salaire de 5$. Pour les célibataires il n’est que de 3$. C’est évident ! Les personnes mariées dorment mieux, mangent mieux, boivent moins dans les bars, et par conséquent sont plus efficaces au travail. Nous reviendrons au cas de Ford un peu plus loin, mais gardez en tête que ce type de valeurs ressemble à s’y méprendre à une véritable religion des cols bleus.


1968 en Europe. Les étudiants, les jeunes, les travailleurs, sont trop forts et dangereux ensemble, en tant que corps social. Ce serait bien plus facile pour les autorités et le pouvoir en place de faire face à des individus atomisés. Depuis cette époque, les pratiques managériales ont été de plus en plus focalisées sur l’individu.


Vous avez tous connu ce type de valeurs ou injonctions auto-centrées : surpassez-vous 💪, sortez de votre zone de confort 🎢, soyez le maître des soft-skills 🥋, et aussi soyez heureux 😃, soyez flexibles 🤸🏻, soyez audacieux 👩‍🎤. Quel merveilleux panel de valeurs prétendument professionnelles. En bref, travaillez dur, soyez parfaits au quotidien dans votre travail, votre cerveau 🧠, votre coeur 🫀, vos attitudes, mais sans pression les amis !


Le problème est de trouver une limite entre les valeurs professionnelles et personnelles. Exercice complexe s’il en est, à cause du soupçon de subjectivité qui entre en jeu dans la définition même de chaque valeur. Tout est relatif ! Les managers, les pays, les expériences ne sont pas homogènes. Un des exemples les plus frappants pourrait être celui du temps de travail : présentéisme à la française ou équilibre de vie à la néerlandaise ? Finalement chaque employé doit naviguer en eaux troubles et procéder par essais-erreurs, tandis que les employeurs peuvent utiliser les valeurs individuelles comme de parfaits arguments et leviers de décisions lors des recrutements, licenciements ou promotions.


Soyez cool, venez comme vous êtes. Si vous ne savez pas ce que cela signifie, l’entreprise le sait ! Toutefois la dictature du cool pourrait ne pas durer toujours parce que “Être dans le vent : une ambition de feuille morte” (2) 🍁.


Et dans l’univers des start-ups ? Les valeurs d’entreprise font souvent partie du décor dès le début du voyage. Je vous ai promis un peu plus tôt de revenir à Henry Ford. Vous souvenez-vous de tous ses concepts paternalistes et idéologiques ? Saviez-vous que Ford était un végétarien très attaché à sa santé et à celle de ses collaborateurs, qui envoyait des inspecteurs à leurs domiciles pour observer leurs conditions de vie, y compris leurs régimes alimentaires ? Que celui qui n’a pas pensé aux corbeilles de fruits et aux séances de yoga en entreprise lève la main 🍓🍉🥝🍇🍒🍎


Pour ceux qui préfèrent voir le verre à moitié plein, les valeurs d’entreprises dans les start-ups peuvent aussi être le vecteur d’un réel enthousiasme, et accompagner de manière bénéfique la vision et la passion des débuts. Cette période de grâce est souvent puissamment naturelle quand le noyau dur de l’équipe est encore réduit et récent, mais qu’en est-il en phase de croissance accélérée ? Comment négocier le virage de l’arrivée de nouvelles recrues, en particulier les “séniors de 30 ans” [sic], c’est-à-dire les personnes relativement expérimentées que l’on ne peut pas attirer et contenter uniquement avec les valeurs d’entreprise ?


Vous avez raison, tout ceci semble assez cynique. Supposons que vous n’êtes pas, ou ne côtoyez pas, ce genre de chef qui prétend élever ses employés comme des enfants ou les surveiller outre mesure. Vous êtes simplement engagé pleinement dans une aventure professionnelle que vous voulez partager et faire fructifier au mieux.


Vous rêvez simplement que toute votre équipe vise le même objectif, soit engagée et productive.


Et vous pensez que les valeurs d’entreprise vont vous aider à consolider et enrichir cette merveilleuse aventure entrepreneuriale. J’ai déjà entendu dire, rarement il est vrai, que les valeurs d’entreprise peuvent servir de boussole au moment de prendre des décisions difficiles. C’est très inspirant ! Mais concrètement peut-on créer, pétrir, digérer les valeurs comme une matière noble de telle sorte qu’elles deviennent l’un des ingrédients majeurs du succès ?



La coopération pourrait être l’ingrédient phare de la potion.


Christophe Dejours, le père de la psychodynamique du travail, a orienté ses recherches depuis plusieurs années sur la souffrance au travail. Il a décrit, notamment dans son ouvrage Le Choix (3), comment la coopération pouvait rendre la santé à des organisations complètement malades. Son approche est très pragmatique parce qu’au-delà de la théorie il s’est également penché sur la recherche de solutions nouvelles éprouvées.

  • Le virage de l’aliénation vers l’émancipation implique deux étapes.

D’une part, l’objectif est de réintroduire de l’intelligence au coeur du travail individuel, pour faire contrepoids, voire rempart, autant que faire se peut, aux nombreux processus existants. Cela implique et en même temps valide que chaque individu est un professionnel, un adulte, qualifié et libre.


D’autre part, au niveau du collectif, Christophe Dejours propose d’accroître la coopération. De la coopération naît l’intelligence collective. Elle ne tombe pas du ciel, n’est pas innée. Il s’agit plutôt d’un acquis construit volontairement, étape par étape, grâce à l’intelligence délibérative. La coopération est un effort partagé, un bien commun.


Afin de bâtir collectivement cette coopération, une entreprise a besoin d’un espace de discussion libre, d’écoute et de confiance. Le collectif de travail établit les termes de la coopération selon une approche ascendante, transversale, dans laquelle les dirigeants sont nécessairement partie prenante, sans toutefois adopter une position de décideurs ultimes.

  • Nous pourrions transposer les principes de la coopération au registre de la fabrique des valeurs d’entreprise.

Pourquoi ne pas élaborer les valeurs d’entreprise exactement selon le processus décrit par Christophe Dejours pour renforcer la coopération ? Une fabrique volontaire et collective des valeurs d’entreprises, opérée dans un espace de confiance, cela vaut la peine d’essayer !

  • Ou devrions-nous plutôt revenir aux basiques !

Au-delà de la fabrique des valeurs d’entreprise, de leur diffusion artificielle, vivons cette coopération au travail. Agissons de manière consistante au quotidien, de telle sorte que les valeurs, la coopération et le bon sens soient alignés. Alors à mon sens il n’y a que deux fondamentaux qui comptent réellement : le respect et l’action.


Respect pour les employés, les clients, les temps professionnels et personnels des personnes, le travail de chacun.


Respect au sens de responsabilité. Quand je fais quelque chose, je le fais bien. Mon travail a une influence sur l’équipe entière et sur la réputation de la société.


Respect impliquant que les relations au travail soient des relations entre adultes.


Respect de l’équilibre entre la contribution et la rétribution, en termes de gratitude mais également de partage de valeur.


Et action, ou plus précisément, joindre le geste à la parole, montrer l’exemple. Je vous invite à lire l’article écrit par Michel Albouy (4), professeur de finance à l’Ecole de Management de Grenoble. Inspiré par une conversation avec ses étudiants autour de la gouvernance et du management, il explique que l’exemplarité et la cohérence entre les mots et les actes sont bien plus importantes que les discours, ou pire, les doubles discours.

  • Les valeurs d’entreprise : le mieux est l’ennemi du bien.

Si vraiment vous pensez indispensable d’avoir des valeurs d’entreprise, ayez conscience du fait qu’elles ne sont pas un aboutissement en tant que tel. Afficher trop de valeurs est douteux, même dangereux si l’ensemble de l’organisation est creux, dépourvu de sens et incohérent.


Faire reposer tout le système sur les valeurs sans accorder de poids à l’intelligence du travail est voué à l’échec.


De même, axer toutes les actions sur les valeurs et la culture sans avoir établi une stratégie claire et une gouvernance lisible et efficace est voué à l’échec. Citons une fois de plus Christophe Dejours (5) : “En fixant les statuts, les rôles, les domaines de compétence et d’autorité, les responsabilités - de chacun - l’organisation du travail donne un cadre de référence sans lequel aucune coopération ne serait possible. L’apport indirect de l’organisation du travail à la coopération est donc essentiel.


Pour conclure, on peut supposer avec Jason Fried (6) qu’une culture d’entreprise artificielle est “obvious, ugly, and plastic”. Pour autant, ne jetons pas les valeurs d’entreprises avec l’eau du bain ! Cultivons le terreau fertile de la coopération au lieu d’espérer l’effet providentiel des valeurs vitrines d’entreprises.

Sources :

(1) Danièle Linhart, La Comédie humaine du travail, de la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale, Toulouse, éditions Erès, 2015

(2) Gustave Thibon

(3) Christophe Dejours, Le Choix - Souffrir au travail n'est pas une fatalité, Bayard éditions, 2015

(4) Michel Albouy, Le Management bienveillant : c’est ceux qui en parlent le plus qui en font le moins, https://theconversation.com/le-management-bienveillant-cest-ceux-qui-en-parlent-le-plus-qui-en-font-le-moins-88914, December, 15th 2017.

(5) Christophe Dejours, Coopération et construction de l’identité en situation de travail

(6) Jason Fried, You don’t create a culture, May, 13d 2008, https://signalvnoise.com/posts/1022-you-dont-create-a-culture